• Post Category:Actualités

Pour un manager de transition ou à temps partagé, calculer votre TJM, ou taux journalier, est une étape indispensable.

Devenir indépendant et travailler sur des missions à temps partagé ou en management de transition : une opportunité pour les managers en reconversion ? Ou une réalité ?

Pour faire face à un avenir souvent flou, nécessitant de plus en plus de compétences pointues, la tendance des entreprises à faire appel à des experts, managers opérationnels et expérimentés externes à l’entreprise est croissante. Pour l’indépendant comme pour l’entreprise utilisatrice, la question que nous avons déjà évoqué dans un article précédent, concerne la forme contractuelle. Cependant, pour l’indépendant, une question supplémentaire se pose.  Elle concerne le TJM ou taux journalier moyen.

Taux journalier moyen : de quoi s’agit-il ?

Le taux journalier moyen ou TJM, correspond au montant moyen perçu par le salarié porté pour un jour de travail. Le taux journalier moyen est fixé par chaque consultant professionnel.

Cependant, fixer un tarif journalier est une tâche délicate pour bon nombre de managers de transition. En effet, l’enjeu est de fixer un tarif raisonnable correspondant à la réalité de votre marché. La tâche peut être d’autant plus complexe lorsque le manager n’est pas habitué ou pas très rompu aux démarches commerciales. C’est souvent le cas pour les DAF ou DRH de transition ou à temps partagé.

Comment calculer sont TJM ?

Comment calculer votre TJM ? Dans la pratique, chaque manager est totalement libre de pratiquer les tarifs qu’il souhaite. En effet, aucun plafond ni aucun plancher n’est exigé dans la tarification d’une prestation. Notons tout de même qu’une tarification trop élevée ou à l’inverse trop basse risque de décourager ou au contraire donner des doutes à vos clients potentiels.

Quels sont les critères qui peuvent néanmoins vous aider à calculer votre TJM  juste et équilibré. Le tarif proposé doit en effet :

  • Être en cohérence avec votre expérience et vos compétences.
  • S’accorder avec vos attentes en matière de rémunération.
  • Être suffisamment en phase avec le marché pour obtenir des missions.
  • Dépendre également de la durée et du lieu d’intervention.

La première solution consiste donc à consulter les tarifs des concurrents exerçant dans le même domaine que le vôtre. Ces tarifs sont assez faciles à trouver sur internet. Ensuite, vous pourrez juste ajuster vos tarifs en fonction de vos compétences, de votre ancienneté et de votre lieu géographique.

L’autre solution consiste à calculer votre TJM en fonction du revenu que vous souhaitez dégager. C’est souvent l’erreur la plus répandue. Celle de vouloir adapter vos tarifs à votre rémunération d’ancien salarié. En effet, le métier de consultant indépendant implique d’autres tâches annexes aux missions que vous pouvez effectuer.

Nous pouvons citer par exemple le temps de prospection, mais aussi le temps d’élaboration de devis, ou bine le temps consacré à la formation. Par ailleurs, la vie d’indépendant intègre des périodes de sous-activité qu’il faut prendre en compte.

Taux moyen journalier : les données-clés à prendre en compte

Les critères à prendre en compte pour vous aider à calculer votre TJM le plus juste possible sont donc :

  • Le statut du manager de transition. Un manager de transition peut choisir statut de freelance (en micro-entreprise, EI, EURL, SASU,…) ou opter pour la solution du portage salarial. Cette décision aura des répercutions sur ses charges qui devront s’inscrire dans le calcul de son TJM.
  • Les jours de travail ouvrés et les congés payés. Quelque soit son statut, contrairement à un salarié, un indépendant décide de ses propres horaires de travail et organise ses temps de congés comme il le souhaite. Il doit donc considérer avec précision la durée des jours accordés à ses missions.
  • Les périodes d’inter-contrat ou d’inactivité. Les missions d’un manager de transition ou d’un manager à temps partagé sont par définition des missions qui s’étalent sur des périodes plus ou moins longues. Elles vont dans tous les cas nécessiter des temps de prospection non rémunérés. Par conséquent, ces périodes doivent également faire partie du calcul.
  • Les charges fixes. Les charges fixes font partie de la vie des indépendants. Elles doivent s’inscrire scrupuleusement dans le calcul du TJM.
  • Les charges d’activité.Travailler en tant qu’indépendant en toute autonomie n’exclut pas un certain nombre de frais annexes. Par exemple l’achat d’un ordinateur, d’un téléphone portable…, ainsi que les frais de déplacements.
  • Le budget de voter client. Quel que soit votre degré de compétence, vous devez toujours prendre en compte le budget que vos clients. En effet, un TJM trop élevé risque de vous faire perdre le marché en étant hors budget. Un TJM trop bas peut également vous rendre moins crédible et vous faire perdre le projet d’une autre façon.

Taux moyen journalier : La conclusion

Le calcul de votre TJM est donc une donnée indispensable pour faire l’estimation précise de votre rémunération.  Il est essentiel pour prospecter commercialement et développer une activité de manager de transition ou de manager à temps partagé.

Vous êtes une entreprise et êtes à la recherche d’un manager de transition ou d’un manager à temps partagé ? Ou vous êtes manager à la recherche de missions ? Contactez-nous sans attendre !

Autorisation *
J'autorise Atava Executive à me contacter de façon personnalisée à propos de ma demande.

Svp prouvez que vous êtes un humain en sélectionnant Le Coeur.